Association Naçao Capoeira

capoeira couleurs brazil 2015 2016

     Cela fait plus de vingt ans que le maître Aranha enseigne l'art de la Capoeira à Paris, au cœur du groupe naçao Capoeira, groupe qu'il a créé avec d'autres maîtres de capoeira brésiliens à Salvador de bahia.

     Pour lui, enseigner la capoeira à Paris, fait partie de la transmission nécessaire pour préserver cette discipline.
Il défend une capoeira qui est une lutte, un art martial, et non un folklore ou une danse.
Il essaye de préserver les valeurs de la discipline, respectant les traditions d'enseignement dont l'élève est dépendant du maître durant tout son apprentissage,
Il essaie d'amener chacun de ses élèves français ou européens, de quelque niveau qu'il soit, à une vraie rencontre avec la culture brésilienne, à travers cette discipline très codifiée, cette lutte qui, a été mise en place par un peuple discriminé, afin d'échapper à l'esclavage.
Il est important que chaque élève apprenne à jouer des instruments de musique et connaisse les différents chants que le groupe interprète durant les « Rodas ».

     « Roda : cercle de capoeiristes au milieu duquel les joueurs, deux par deux, s'affrontent, se mesurent entourés de musiciens et encouragés par les chants de capoeira ».

     Toujours soucieux de respecter au maximum son art, le maître Aranha organise régulièrement des stages de Capoeira à Salvador de Bahia, au Brésil, où les élèves Parisiens peuvent échanger avec les capoeiristes brésiliens en participant à différentes rodas traditionnelles dans les quartiers.

     Ils peuvent fabriquer leurs instruments avec un artisan (ils cueillent « la biriba » le bois dans la forêt et le confectionnent jusqu'à créé eux-mêmes leurs propres « Birimbau », instrument à une corde, fondamental dans la capoeira.
     Dans le milieu assez restreint des maîtres de capoeira, que ce soit en Europe, aux Etats-Unis ou bien au Brésil, le maître Aranha est reconnu pour sa rigueur et sa discipline. Il prend très au sérieux cette formation pour chacun de ses élèves, et espère pour eux, qu'ils puissent un jour, à leur tour, devenir des maîtres de Capoeira.